VAE : VALIDATION DES ACQUIS ET DE L’EXPÉRIENCE 

La Validation des Acquis de l’Expérience ou VAE (décrets n° 2002-529 du 16 avril 2002 et n° 2002-590 du 24 avril 2002) est un élément de la formation professionnelle tout au long de la vie (FTLV).

Les titres décernés par l’IEA-Paris sont tous accessibles par une procédure VAE.

Le déroulement de la VAE se fait selon un calendrier propre au diplôme visé afin d’organiser au mieux l’accueil, l’information, l’étude des dossiers et l’organisation des jurys et de donner aux candidats un cadre temporel précis. Le candidat à la VAE remplit le dossier d’inscription (Livret 1 – Cerfa 12818-02, après avoir lu attentivement la notice 52160#02 / Dossier Cerfa à télécharger)* et l’adresse de l’IEA-Paris, accompagné des pièces justificatives. Ce dossier fait l’objet d’une vérification de sa recevabilité : vérification des pièces justificatives puis avis du correspondant VAE de l’établissement et du responsable pédagogique de la formation concernée portant sur l’adéquation entre l’expérience et le contenu du référentiel du diplôme visé.

LES CRITÈRES

Pour que votre démarche de VAE soit acceptée, vous devez répondre à certains critères :

  • Justifier d’une expérience d’au moins 1 an
  • Votre expérience peut être continue ou discontinue
  • Votre activité doit être attestée par des justificatifs ; cette activité peut être salariée, non salariée ou bénévole
  • Votre activité doit être en rapport direct avec le diplôme visé Enfin, retenez que l’accès à la VAE n’est conditionné par aucun critère d’âge maximum, ni de niveau minimum d’études initiales. La prise en compte de l’expérience professionnelle peut mixer des activités rémunérées et bénévoles, à condition qu’elles correspondent au même champ de compétences. Vous pouvez obtenir :
  • La totalité de la certification ou titre, si vos compétences évaluées par le jury correspondent à la totalité de celles exigées par le référentiel de la certification.
  • Des parties de la certification, si le jury estime que les compétences acquises ne couvrent pas tout le champ de la certification. Seuls les blocs correspondants vous seront attribués. Le jury vous indiquera les compétences restant à acquérir. Vous aurez alors 5 ans pour obtenir les blocs manquants :
  • En acquérant une nouvelle expérience professionnelle, et en faisant une nouvelle demande de VAE.
  • En suivant un complément de formation qui ne portera que sur les modules ou parties de formation correspondant aux compétences restant à acquérir.

FINANCEMENT

Le financement des dépenses liées à la VAE suit les mêmes règles que celles appliquées au financement de la formation continue.

Le financeur potentiel reste maître de sa décision de prendre en charge ou non le financement total ou partiel des dépenses liées à la VAE. A titre d’exemple, un salarié dont l’entreprise cotise à un Organisme Paritaire Collecteur Agréé (OPCO) peut demander la prise en charge du coût des prestations (accompagnement et actes de validation) et de sa rémunération (dans la limite de 24 heures).

CONGÉ DE VALIDATION 

Le congé pour validation des acquis de l’expérience permet à tout salarié du secteur privé de s’absenter sur son temps de travail afin d’entreprendre une démarche de validation. L’objectif de ce congé pourra être :

  • La participation aux épreuves de validation organisées par l’organisme qui délivrera la certification.
  • L’accompagnement à la préparation de la validation. La durée maximale du congé de validation des acquis est de 24 heures d’absence au poste de travail, consécutives ou non. Le salarié doit faire une demande d’autorisation d’absence auprès de son employeur 60 jours avant le début des actions de validation. Cette demande écrite doit présenter :
  • Le diplôme visé
  • Les dates
  • La nature et la durée des actions de validation
  • La dénomination de l’autorité ou organisme délivrant la certification.

L’employeur a 30 jours pour répondre. Il peut soit accepter, soit reporter la demande de congé pour raison de service pour une durée maximale de 6 mois. A l’issue du congé, le salarié doit présenter une attestation de fréquentation effective fournie par l’organisme qui délivre la certification.